IN THE NEWS

Jan 24, 2018

 

(français ci-dessous)

HIV/AIDS remains a persistent health issue in Canada and around the world. In Canada, an estimated 65,000 people are living with HIV and AIDS, and there are approximately 2,500 new HIV infections every year. Canada has made great progress in addressing HIV/AIDS in the last three decades; however, there is still work to do to reach the goal of eliminating AIDS as a global public health threat by 2030.

On behalf of the Minister of Health, the Honourable Ginette Petitpas Taylor, the Honourable Jody Wilson-Raybould, Minister of Justice and Attorney General of Canada, announced an investment of $1.3 million over five years for the British Columbia Centre for Disease Control and the University of British Columbia's Collaborating Centre for Prison Health and Education. Together, they will develop an approach to preventing HIV, hepatitis C and related sexually transmitted and blood-borne infections among federally incarcerated men in BC. Specifically, the project will train and support peer health ambassadors who will work with fellow federally incarcerated men to reduce the risks associated with sexually transmitted blood-borne infections. Results and tools of the project will be shared with Correctional Service Canada.

Through the HIV and Hepatitis C Community Action Fund, the Public Health Agency of Canada is investing up to $132 million over five years to support the work of organizations in addressing HIV and other sexually transmitted and blood-borne infections.

"Our Government is committed to eliminating HIV and AIDS as global public health threats. The important support programs like the one being put in place by the British Columbia Centre for Disease Control and the University of British Columbia reflect our renewed focus on evidence-based interventions that will support the prevention of new infections and reduce the stigma attached to HIV/AIDS," said the Honourable Ginette Petitpas Taylor, P.C., M.P., Minister of Health.

"Our Government is proud to support this important work, which aims to reduce health risks among federally incarcerated men. We will continue to collaborate with our partners to support prevention efforts, reduce stigma and discrimination, and increase access to testing and treatment for HIV and other sexually transmitted and blood-borne infections in communities across Canada," said the Honourable Jody Wilson-Raybould, Minister of Justice and Attorney General of Canada.

"The Community Action Fund is helping organizations provide support to some of our most vulnerable populations. I strongly believe that working together with governments and communities, we can end HIV as a public health threat and achieve the global goal of eliminating AIDS by 2030," said Dr. Theresa Tam, Chief Public Health Officer of Canada.

"Ensuring that people who are incarcerated have access to disease prevention services has been one of the most challenging areas in all of public health. This is no better illustrated than through the transmission of HIV, Hepatitis C and other sexually transmitted infections in prisons. The HIV and Hepatitis C Community Action Fund, which supports community-based organizations and initiatives, is a great opportunity to advance prevention in this group of Canadians," said Dr. Mark Tyndall, Executive Director, BC Centre for Disease Control.

"We are grateful to the Public Health Agency of Canada for supporting this project and recognizing the value of working with incarcerated men to develop and deliver health education programs in correctional facilities. Our ultimate goal is to prevent HIV, Hepatitis C and sexually transmitted blood-borne infections in this population through education. This is a wonderful opportunity to collaborate with British Columbia Centre for Disease Control, Correctional Service Canada, the peer health ambassadors and community partners to enhance the personal and community health of incarcerated individuals," said Dr. Ruth Elwood Martin, Director of UBC's Collaborating Centre for Prison Health and Education.

The Community Action Fund is focused on supporting community-based initiatives that have the potential to make the greatest impact in slowing the spread of HIV and hepatitis C in Canada.

Gay and bisexual men, Indigenous peoples, injection drug users, and people living in or recently released from correctional facilities, are some of the groups most affected by HIV and other sexually transmitted and blood-borne infections. The CAF efforts aim to reduce new infections among these populations.

In October 2015, Member States adopted the UNAIDS 2016-2021 Strategy, which guides international activities and establishes various interim targets for 2020. These targets include the 90-90-90 global treatment targets to ensure that, by 2020, 90% of people living with HIV know their HIV status; 90% of people diagnosed with HIV receive antiretroviral therapy; and 90% of people living with HIV, and who are on treatment, achieve viral suppression.

Canada has also endorsed the World Health Organization global sector strategies for viral hepatitis and sexually transmitted infections and their respective elimination targets by 2030.

Based on available data in Canada, an estimated 80% of HIV-infected people have been diagnosed, 76% of those diagnosed are on treatment, and 89% of those on treatment have suppressed viral loads. 


Le gouvernement du Canada annonce du soutien pour la réduction du VIH en Colombie-Britannique

Le VIH/sida demeure un problème de santé persistant au Canada et dans le monde. Au Canada, on estime que 65 000 personnes vivent avec le VIH/sida, et qu'il y a environ 2 500 nouvelles infections à VIH chaque année. Le Canada a fait de grands progrès dans sa lutte contre le VIH/sida au cours des trente dernières années, mais il reste encore du travail à faire pour atteindre le but d'éradiquer le sida comme menace pour la santé publique mondiale d'ici 2030.

Au nom de l'honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé, la ministre de la Justice et procureure générale du Canada, l'honorable Jody Wilson-Raybould, a annoncé le versement de 1,3 million de dollars sur cinq ans au Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique et au Centre de collaboration pour la santé et l'éducation carcérales de l'Université de la Colombie-Britannique. Ensemble, ils créeront une approche pour prévenir l'infection à VIH, l'hépatite C et les infections transmissibles sexuellement et par le sang connexes chez les hommes détenus dans des établissements fédéraux en Colombie-Britannique. Plus précisément, le projet formera et soutiendra des pairs ambassadeurs de santé qui travailleront avec leurs confrères détenus dans des établissements fédéraux pour réduire les risques associés aux infections transmissibles sexuellement et par le sang. Les résultats et les outils du projet seront transmis au Service correctionnel du Canada.

Au moyen du Fonds d'initiatives communautaires en matière de VIH et d'hépatite C, l'Agence de la santé publique du Canada investit plus de 132 millions de dollars sur cinq ans à l'appui du travail d'organismes pour contrer l'infection à VIH et les autres infections transmissibles sexuellement et par le sang.

« Notre gouvernement est résolu à éradiquer le VIH et le sida comme menaces pour la santé publique mondiale. Les importants projets de soutien comme celui mis en place par le Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique et l'Université de la Colombie-Britannique traduisent notre intérêt renouvelé pour les interventions fondées sur des éléments probants qui appuient la prévention de nouvelles infections et qui réduisent la stigmatisation entourant le VIH/sida. a dit l'honorable Ginette Petitpas Taylor, C.P., députée, Ministre de la Santé. »

« Notre gouvernement est fier d'appuyer cet important travail, qui vise à réduire les risques pour la santé chez les hommes détenus dans des établissements fédéraux. Nous continuerons de collaborer avec nos partenaires pour appuyer les efforts de prévention, réduire la stigmatisation et la discrimination et accroître l'accès aux tests et aux traitements du VIH et d'autres infections transmissibles sexuellement et par le sang dans les collectivités de partout au pays. a dit l'honorable Jody Wilson-Raybould, Ministre de la Justice et procureure générale du Canada. »

« Le Fonds d'initiatives communautaires aide des organismes à fournir du soutien à certaines de nos populations les plus vulnérables. Je crois fermement qu'en collaborant avec les gouvernements et les collectivités, nous pouvons éradiquer le VIH comme menace pour la santé publique et atteindre la cible mondiale d'éliminer le sida d'ici 2030. a dit Dre Theresa Tam, Administratrice en chef de la santé publique du Canada. »

« Veiller à ce que les personnes qui sont incarcérées aient accès à des services de prévention des maladies est l'un des domaines de la santé publique qui pose le plus de problèmes. Il n'y a pas de meilleur exemple que la transmission du VIH, de l'hépatite C et d'autres infections sexuellement transmissibles en milieu carcéral. Le Fonds d'initiatives communautaires en matière de VIH/sida et d'hépatite C, qui soutient des organisations et des initiatives communautaires, est un excellent moyen de favoriser la prévention chez ce groupe de Canadiens. a dit Dr Mark Tyndall, Directeur général, Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique. »

« Nous sommes très reconnaissants envers l'Agence de la santé publique du Canada qui appuie ce projet et qui reconnaît l'intérêt de travailler avec les hommes incarcérés afin de mettre au point et d'offrir des programmes d'éducation en matière de santé dans les établissements correctionnels. Notre but ultime est des prévenir le VIH, l'hépatite C et d'autres infections transmises sexuellement et par le sang chez ces personnes grâce à la sensibilisation. Il s'agit d'une excellente occasion de collaborer avec le Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique, le Service correctionnel du Canada, les pairs ambassadeurs de santé et les partenaires communautaires pour améliorer la santé personnelle et communautaire des personnes incarcérées. a dit Dre Ruth Elwood Martin, Directrice, Centre de collaboration pour la santé et l'éducation carcérales de l'Université de la Colombie-Britannique. »

Le Fonds d'initiatives communautaires met l'accent sur l'appui aux initiatives communautaires qui pourraient avoir le plus de répercussions en vue de ralentir la propagation du VIH et de l'hépatite C au Canada.

Parmi les groupes les plus touchés par l'infection à VIH et autres infections transmissibles sexuellement et par le sang, mentionnons les hommes gais et bisexuels, les Autochtones, les consommateurs de drogues injectables ainsi que les personnes qui vivent dans un établissement correctionnel ou qui en ont récemment été libérées. Les efforts du Fonds d'initiatives communautaires visent à réduire les nouvelles infections au sein de ces populations.

En octobre 2015, les États membres ont adopté la Stratégie de l'ONUSIDA 2016-2021, qui guide les activités internationales et établit diverses cibles intérimaires pour 2020. Ces cibles incluent les cibles de traitement mondiales 90-90-90, qui visent à ce que d'ici 2020, 90 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique, 90 % des personnes ayant reçu un diagnostic d'infection à VIH reçoivent un traitement antirétroviral et 90 % des personnes qui vivent avec le VIH et reçoivent un traitement aient une charge virale supprimée.

Le Canada appuie aussi les stratégies mondiales de l'Organisation mondiale de la Santé concernant l'hépatite virale et les infections transmissibles sexuellement, de même que les cibles d'éradication d'ici 2030 qui s'y rattachent.

Selon les données connues au Canada, on estime que 80 % des personnes vivant avec une infection à VIH ont reçu un diagnostic, que 76 % des personnes diagnostiquées reçoivent un traitement et que 89 % des personnes qui reçoivent un traitement ont une charge virale supprimée.

RELATED LINKS